Halte aux perturbateurs endocriniens chez la femme enceinte et les bébés

By 13 décembre 2016Santé
IMG_6344-1024x768

IMG_6340

A l’occasion des 9e Trophées de l’hospitalisation privée, nous recevons le prix coup de coeur du jury remis par Roselyne Bachelot, pour notre projet « halte à la contamination des femmes enceintes et des bébés par les polluants perturbateurs endocriniens ».

Depuis 40 ans, la pollution mondiale augmente très rapidement. 100 000 substances chimiques sont recensées sur le marché Européen. L’exposition aux produits chimiques et en particuliers aux perturbateurs endocriniens est ubiquitaire. La voie alimentaire est la plus importante voie de contamination (pesticides, phtalates, bisphénol A…). Mais, elle peut être respiratoire ou cutanée.

Chez la femme enceinte, les polluants même à faible dose, traversent la barrière placentaire et sont retrouvés dans le sang du cordon et le lait maternel. Cette contamination fœtale peut modifier l’expression des gènes du fœtus et conduire au développement de maladies à l’âge adulte.

 

Les couples en préconception et la femme enceinte sont vulnérables mais aussi réceptifs à toutes informations qui les conduiraient à mieux concevoir et à préserver le capital santé de leur fœtus et de leur nouveau né.

IMG_6336

Initié par nos endocrinologues, gynécologues du centre de procréation médicalement assistée, le projet de l’hôpital privé Natecia a pris forme au cours de ces dernières années :

-Développer l’éducation thérapeutique de nos patients et la formation des professionnels de santé

– Adopter une attitude exemplaire de principe de précaution face à cette pollution ubiquitaire lors des séjours d’hospitalisation en période périnatale, c’est-à-dire l’éviction des polluants potentiels à l’intérieur même de son bâtiment.

 

L’information de l’effet toxique des polluants se fait de 2 manières :

-Un colloque annuel sur l’impact de l’environnement sur la santé de la femme et de l’enfant qui réunit chaque année au mois d’avril, plus de 150 professionnels.

-Une formation en santé environnementale d’une équipe d’une quinzaine de soignants de Natecia(Médecin, sages femmes, infirmières puéricultrices…)qui , à son tour formera le reste du personnel de la maternité et néonatologie.

– Des ateliers Nesting à destination des patientes de la maternité qui débuteront le 13 décembre, auront pour objectif de sensibiliser les patientes, et leur donner les clefs pour reconnaitre et éviter l’exposition aux substances délétères pour leur santé et celle de leur progéniture.

 

IMG_6344

Mais l’information donnée doit être accompagnée d’une attitude exemplaire. C’est pourquoi l’établissement à choisi de mettre en place un certain nombre d’actions afin de supprimer en son sein, les polluants potentiels :

Le matériel médical en contact direct avec les nouveau-nés par exemple, est soigneusement choisi (sans phtalate ou bisphénol A), les tétines, biberons, tubulures… mais aussi les cosmétiques (tout produits ne correspondant pas aux critères fixés par l’équipe de santé environnementale sont éliminés) les changes des bébés sont fait uniquement à l’eau.

Le bio-nettoyage a aussi fait l’objet d’une surveillance spécifique, un travail a été initié afin de n’utiliser que des produits éco labels (dans les zones sensibles dans un premier temps)

Les peintures choisies pour rénover le bâtiment sont des peintures végétales, sans phtalates ni dérivés du pétrole.

Et enfin les produits de consommation courante sont également passés au crible : l’eau du robinet est analysée, les gobets des machines à café ou fontaines à eau sont ont été changé par des gobelets sans bisphénol A, et une étude est en cours afin de proposer aux patientes de maternité des fruits et légumes issus de l’agriculture biologique.

 

Il est temps pour nous, professionnels de santé de se ré-approprier le sujet des perturbateurs endocriniens. C’est un sujet médical qui nous concerne, et les établissements de soins sont le meilleur endroit pour délivrer la bonne information.

Leave a Reply